logo.png

puisque l’eau ne s’arrête pas à la frontière

puisque l’eau ne s’arrête pas à la frontière

puisque l’eau ne s’arrête pas à la frontière

puisque l’eau ne s’arrête pas à la frontière

le projet Mageteaux

Le territoire transfrontalier entre Nieuport et Dunkerque se situe sous le niveau moyen de la mer ; l’évacuation des eaux y est donc très difficile en raison de la faible altitude des terrains et de l’absence de pente. Les secteurs à proximité de la frontière (Moëres intérieures et extérieures) sont les plus sensibles aux inondations car ils sont les plus éloignés des exutoires à la mer qui se trouvent à Nieuwpoort et Dunkerque.

Faisant suite à la création de l’Etat belge, une convention internationale a été signée en 1890 pour régir les écoulements des canaux traversant la frontière ; elle définit à la fois les niveaux de navigation sur ces canaux et les principes à respecter en matière d’évacuation des crues ; un avenant à cette convention a été signé en 1968, suite au déclassement de la Basse Colme.

 

Ci-dessous, vous trouverez un aperçu des cours d’eau et ouvrages importants pour la gestion transfrontalière de l’eau. Cet aperçu se trouve également dans “l’Annuaire Transfrontalier de l’eau edition 2013-2014, organisation de la gestion des eaux du secteur transfrontalier: bassins de l’AA et de l’Yser”.

EVACUATION VIA NIEUWPOORT (GANZENPOOT) 

Canal Duinkerke-Nieuwpoort: le canal s’écoule gravitairement vers la mer via le Ganzenpoot. Le bief en amont (trajet Dunkerque- Veurne) assure l’évacuation de la zone transfrontalière entre Dunkerque et De Panne-Adinkerke. A Ghyvelde (F), le canal reçoit l’eau de cinq stations de pompage. En outre, le canal dessert  une partie du territoire rural du polder des Moëres. En cas de risques d’inondation,  et en tant que mesure d’urgence, le Bergenvaart peut également  évacuer des eaux (trajet Houtem-Veurne).  

La station de relevage/pompage ‘Nieuwpoortsluis’ (2x1m³/sec) au niveau de Veurne assure le pompage dans le bief en amont du canal Nieuwpoort-Duinkerke vers le bief en aval (trajet Veurne-Nieuwpoort).

Le canal de Lo assure la liaison entre Veurne et l’Yser. Le canal est en relation ouverte avec le canal Duinkerke-Nieuwpoort et s’avère un cours d’eau important en matière de gestion de l’Yser. Le canal de Lo est utilisé pour évacuer l’eau de l’Yser (5-10m³/s), en fonction de l’écoulement du canal Duinkerke-Nieuwpoort. Le ‘Polder Noordwatering Veurne’ dépend également du canal de Lo pour une partie de son territoire, faisant appel à un certain nombre de stations sur le canal.

Yser (partie française) et Ey Becque: environ un tiers de la zone d’écoulement de l’Yser se trouve en France. Le Ey Becque est un cours latéral qui a sa source à la hauteur de Saint-Sylvestre-Cappel qui passe à travers Steenvoorde et  qui forme jusqu’à son embouchure dans l’Yser à Roesbrugge, la frontière entre la Belgique et la France.

Canal de Poperinge – Vleterbeek – Winterbeek: l’eau des communes de Boeschepe et de Godewaersvelde, situées plus en altitude, est évacuée par ces cours d’eau en direction de Poperinge, par le canal de Poperinge, vers l’Yser. 

Handzamevaart – Zarrenbeek évacuent l’eau du territoire situé à l’ouest de Torhout-Lichtervelde jusqu’à Diksmuide

Le complexe d’écluses « Ganzenpoot » Nieuwpoort: est le seul point de déversement dans la mer pour pratiquement tout le territoire situé entre Oostende et De Panne.

EVACUATION VIA DUNKERQUE (TIXIER) (cf. convention transfrontalière en vigueur)

Un protocole de gestion des eaux –secteur Dunkerquois, a été finalisé en 2012 avec pour objectifs : 

  • De prendre en compte le nouveau contexte général du « secteur Dunkerquois » en intégrant l’ensemble des apports, acteurs et ouvrages concernés, d’optimiser les règles de fonctionnement et de prendre en compte un maximum de scénarios prévisibles.
  • D’assurer la transparence et une meilleure compréhension par les élus et les usagers des décisions prises, en particulier en période de crise. 
  • Le ‘Ringslot’: assure l’évacuation des eaux des Moëres intérieures via la station “4 écluses”.
  • Le canal de Bergues: assure l’évacuation des eaux pour tout le territoire des Moëres extérieures, direction Bergues (Station de pompage de la Basse Colme)

Le réseau du Dunkerquois comprend les canaux principaux suivants :

  • Canal de la Basse-Colme,
  • Canal de la Haute-Colme,
  • Canal de Bergues,
  • Canal des Moëres,
  • Canal de Jonction,
  • Canal Exutoire,
  • Canal de Bourbourg

La plupart de ces canaux convergent vers la pierre d’angle du système en termes de gestion des écoulements : l’ouvrage de Jonction, au site des 4 écluses. Le canal de Furnes, bien que relié à ce nœud hydraulique, n’est pas utilisé dans la gestion en crue du système Dunkerquois. Il sert essentiellement, côté français, de bassin tampon pour les écoulements du pluvial et les rejets des stations des Wateringues. Son sens d’écoulement naturel est orienté vers la Belgique.

Le Canal de Bergues et le canal de Jonction reçoivent les apports:

  • du canal de Bourbourg via le clapet du jeu de Mail pour un débit maximum de 5 m³/s,
  • de l’ancien canal de Mardyck,
  • du Langhegracht, gravitairement ou par pompage (capacité totale de 2,5 m³/s),
  • de l’Houtgracht, gravitairement ou par pompage (capacité totale de 6 m³/s),
  • de la Basse Colme, gravitairement ou par pompage (capacité totale de 11 m³/s). Ce canal reçoit des eaux en provenance de la 4ème section des Wateringues et de la Flandre occidentale (Bergenvaart : évacuation de l’eau de toute la zone de Moëres intérieures en direction de Bergues),
  • de la Haute Colme, dont les écoulements sont gérés par un clapet automatique et les vannes n°11 et n°12 à Bergues. Ce canal reçoit des eaux en provenance de la 2ème et de la 3ème section de Wateringues du Nord,
  • du réseau d’assainissement pluvial de la Communauté urbaine de Dunkerque. 

Le canal Exutoire reçoit les apports: 

  • du canal de Jonction, du canal de Bergues et de ses tributaires par l’intermédiaire des 5 vannes de l’ouvrage de Jonction. Le canal de Jonction permet l’interconnexion du système avec le canal à Grand Gabarit via le canal de Bourbourg, par l’intermédiaire de l’écluse du Jeu de Mail 
  • du canal des Moëres par 3 siphons sous le canal de Furnes, chacun étant équipé à son extrémité d’une vanne et d’un groupe de pompage, pour une capacité totale de 10,5 m³/s (station des 4 écluses). Il reçoit des eaux en provenance de la 4ème section de Wateringues du Nord, de l’association de dessèchement des Moëres et de la Flandre occidentale (le Ringslot évacue les eaux des Moëres intérieures par la station des 4 écluses)
  • du réseau d’assainissement pluvial de la Communauté urbaine de Dunkerque. 

L’évacuation à la mer s’effectue au niveau de l’ouvrage Tixier à Dunkerque:

  • écoulement gravitaire au niveau du barrage à la mer composé de 5 pertuis vannés,
  • évacuation par pompage lorsque les tirages gravitaires deviennent impossibles (capacité totale de 24 m³/s),
    • une station dite « ancienne » ou « Râteau », située à l’aval en rive gauche. Cette station, composée de 4 groupes de pompage de 4,5 m³/s chacun, rejette les eaux dans l’avant-port est de Dunkerque via un aqueduc de 70 mètres de long,
    • une station dite « nouvelle », composée de 2 groupes de pompage de 3 m³/s chacun.
De hydraulische netwerk-grensgateways tussen Duinkerke en Nieuwpoort.png